Patrick JEAN   A-C-I- : Présentation exhaustive et sincère (pour les plus courageux !)



-    novembre 1974 : première chanson, s'achevant par le prémonitoire et prétentieux couplet : "Moi, d'mon côté, / J'ai tout raté, / A quoi bon qu'je crache / Tout's mes idées ? / J'suis prisonnier / D'cett' société, / Et j'suis trop lâche / Pour me tuer."
-    11 juin 1976 : premier tour de chant (en solo guitare-chant) de 32 chansons de ma composition dans la salle de cinéma du lycée Joffre à Montpellier. Chaque spectateur aurait mérité une médaille !
-    novembre 1976 : récidive dans le même lieu, en co-plateau avec Yves Daunès, professeur au lycée et lui-même ACI (toujours actif aujourd'hui), qui avait déjà prêté son matériel pour le premier spectacle, et que je fréquenterai quelque temps ; avec Jean-Marie Lévêque (alias JML) à la "deuxième" guitare
-    de cette date à 1980, un certain nombre d'interventions peu reluisantes (animations dans des restaurants ou lors de manifestations diverses) et quelques tours de chant programmés sans lendemain dans des lieux prestigieux (Ecole Supérieure d'Electricité à Paris en février 1977, 50ème anniversaire de la JOC à la Courneuve en mai 1978, Ecole Polytechnique à Palaiseau en juin 1979)
-    août 1977 : membre de la Sacem (quel honneur !)
-    6 août 1978 : première émission de radio avec Paul-René Di Nitto, sur FR3 Languedoc-Roussillon, grâce au soutien de l'animatrice Solange Casanova, qui ne se démentira pas pendant plus de deux ans
-    6 janvier 1979 : premier passage télé, sur FR3 Languedoc-Roussillon
-    février 1979 : enregistrement à Sète (deux jours d'enregistrement, une demi-journée de mixage, un vrai tour de force !) des 12 titres du 33 tours "Le train pour le néant", avec JML, disque chroniqué avec enthousiasme par Henry-Jean Servat dans le Midi Libre du 8 juillet sous le titre ronflant : "Maths et chanson : l'équation du succès pour Patrick Jean" !
-    mars 1979 : co-plateau à Châtellerault (dans le futur Nouveau Théâtre) avec Eric Gautier (ACI ayant par la suite "réussi", devenu président du Conseil général des Deux-Sèvres, après avoir été suppléant de la députée Ségolène Royal !)
-    printemps-été 1979 : passages télés, sur FR3 Limousin (2, dont le 15 septembre), FR3 Languedoc-Roussillon (le 26 mai) et Midi-Pyrénées (le 15 septembre) ; émissions de radio sur FR3 Provence- Alpes- Côte d'Azur, FR3 Languedoc-Roussillon, notamment une série d'émissions en direct depuis le port de la Grande-Motte, animées par Perrette Souplex ; les émissions de radio se poursuivront régulièrement sur FR3 Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées jusqu'à fin 1980 (dernier repère le 3 décembre 1980)
-    dans la foulée de ces émissions, rencontre avec des chanteurs et poètes du cru, notamment Fulbert Cant, Anne-Marie de Backer et Jacques Gasc, ce dernier me gratifiant d'une belle critique de disque dans le bulletin de la Compagnie des écrivains méditerranéens (association qu'il a longtemps présidée) -    26 mai 1980 : émission sur Sud-Radio, à Toulouse
-    31 mai 1980 : nouveau passage télé sur FR3 Languedoc-Roussillon
-    à partir de 1980 : ralentissement de la fréquence d'écriture (qui fut de l'ordre de deux chansons par mois pendant 5 ans)
-    1981 : fin de la collaboration musicale avec JML
-    1982 : victime d'une escroquerie (30 000 F) du "producteur" belge Roger Niset (pseudonyme d'un escroc international dont le nom réel était - peut-être - Roger Devillers) pour la réalisation d'un 30 cm
-    mai 1986 : tour de chant à Cenon-sur-Vienne, en trio avec Etienne Daunizeau (contrebasse) et Robert Thébault (guitare et violon) rencontrés fin 1985
-    mars 1988 : lauréat (en trio avec Etienne et Robert) du grand prix du Festival des Pratiques Artistiques Amateurs organisé par la FOL de Poitiers
-    novembre 1988 à janvier 1989 : enregistrement et mixage en 12 jours à Bignoux (près de Poitiers) du 30 cm "Perestroïka" (10 titres) sous la direction mauvaise de François Villemonteix, bridant mes aspirations ainsi que la qualité des autres musiciens – en particulier une première collaboration à la guitare de Jean-Pierre Vignaud, et la participation gracieuse sur un titre de Claude Pironneau, qui a ensuite enregistré et joué avec des artistes aussi variés que Jonaz, Khaled ou Aznavour, et est depuis 1999 le saxophoniste attitré du groupe Kassav !! -  sous des déluges de synthés et d'absence de sensibilité
-    mai 1989 : passage télé (le dernier à ce jour en tant que chanteur !) sur France 3 Limousin-Poitou-Charentes dans l'émission "Autour de midi"
-    novembre 1988 à novembre 1990 : prospection régionale qui se concrétise par quelques spectacles sans envergure à Civray, dans deux bistros près de Poitiers, un VVF de la côte atlantique, un centre socio-culturel à Melle, le summum étant une maison de la culture à Châteauroux au centre d'une ZUP, où nous avons déballé puis remballé notre matériel sans jouer pour cause de 0 spectateur !!! Mais c'est à l'occasion de ces spectacles que je me suis produit pour les premières fois sans guitare (soit sur bande orchestrale – une calamité -, soit accompagné par seulement un synthé, ou en plus par Etienne et Jean-Pierre). Choix définitif, bénéficiant dans un premier temps pour ma gestuelle des conseils de JML
-    automne 1990 : rencontre des membres du groupe de rock "Bâton Rouge", avec tout (clavier, guitare, basse, batterie) ou partie (clavier seul) duquel je vais jouer hebdomadairement et me produire jusqu'en 1997
-    été 1991 : rencontre avec Daniel Liamin, président-fondateur de l'association la Portée
-    novembre 1991 : à l'occasion des 10 ans de la mort de Brassens, tour de chant unique de ses chansons à la bibliothèque pédagogique de Châtellerault (et exceptionnellement seul à la guitare) à l'invitation de JML
-    janvier 1992 : premier tour de chant avec Bâton Rouge à l'auditorium du musée Ste-Croix à Poitiers ; j'estime à une moyenne annuelle de 3 ou 4 le nombre de mes prestations scéniques à partir de cette date jusqu'en 2002 (certaines étant parfois courtes en raison de co-plateaux, comme pour la présentation des Semaines de la Chanson au nouveau Théâtre de Châtellerault, à "Salut l'Artiste", ou en première partie de Serge Utgé-Royo, Louis Capart ou Joyet et Roll Mops) ; elles se sont toutes limitées au département de la Vienne
-    janvier 1993 : enregistrement d'une chanson pour l'émission de télé "Première partie" de Jean-Louis Foulquier sur France 3, jamais diffusée sans raison connue
-    1994 : rencontre avec Alain Retailleau ("coup de foudre" réciproque), dont l'accordéon ne me quittera plus sur scène jusqu’à la fin des années 2000
-    février-mars 1994 : à l'occasion du départ aux USA de Thierry Renoux (clavier de Bâton Rouge), enregistrement en deux jours - sur le lieu de nos répétitions à Château-Larcher – d'une K7 de 18 titres : "Branché", avec les musiciens du groupe auxquels s'adjoint J.P. Vignaud sur quelques titres
-    janvier 1995 : rencontre de Gérard Bourgeois (compositeur de tant de grandes chansons, de "La Madrague" à "Il suffirait de presque rien", en passant par "L'amitié", "Un petit poisson, un petit oiseau" ou "L'homme en habit rouge") au cabaret "Salut l'Artiste" (et de Michel Larmand, dernier producteur de Léo Ferré), auquel je vais participer assidûment pendant 3 ans ; pendant 4 ans je bénéficierai de ses points de vue avisés, et en 1996 il me donnera la musique de ce qui deviendra en un week-end "Le sel de la vie"
-    automne 1996 : enregistrement chez et par Francis "Félix" Blanchard de 16 titres, maquette du CD à venir, avec l'ensemble de Bâton Rouge du moment, plus Alain Retailleau
-    automne 1997 : travail sur les arrangements du CD avec F. Blanchard, A. Retailleau, J.P. Vignaud
-    février à mai 1998 : enregistrement et mixage (une vingtaine de jours de studio) à Poitiers des 12 titres du CD "Patrick Jean", sous la direction de F. Blanchard (au clavier) et G. Bourgeois ; encadrement luxueux aussi au niveau musical, avec presque exclusivement des instruments "en vrai", ceux d'Alain, d'Etienne et de Jean-Pierre bien sûr, mais aussi la batterie de l'impressionnant et bien nommé Laurent Chopin, parachuté au dernier moment – et qui jouera deux fois sur scène avec moi en sus de la formation "de base" dans les mois qui suivront, ainsi que  "Félix"-, un violon, un hautbois, et même des chœurs (!) ; le CD se classera pendant 5 mois (d'octobre 1998 à février 1999) et sur l'ensemble de la saison 1998-1999 dans le TOP 30 du classement francophone des albums "toutes générations confondues" en fonction de leur diffusion sur les antennes des radios partenaires du réseau "Quota", réparties sur l'ensemble du territoire national ; il est inclus depuis mai 1999 dans le catalogue "Le Chant des artisans" de distribution dans la francophonie. Je ne pourrai réaliser de produit plus abouti
-    mai 1999 : une "pige" amicale – et sans succès, victoire sans appel de l'ami Gildas Thomas ! - en finale du 6ème concours de la chanson française de St-Germain-des-Fossés pour interpréter en duo avec une jeune chanteuse, Mathilde Poncé, une chanson écrite par G. Bourgeois et Guy Bontempelli, en avant-première du spectacle d'Annie Cordy (!) et devant un jury aussi grabataire que prestigieux, composé de Jo Moutet, Pierre Delanoë, Georges Jouvin, Jacques Demarny et Philippe Seiller (des éditions Paul-Beuscher). Avec le grand plaisir de rencontrer et d'avoir dans mon dos sur scène le célèbre guitariste Jacky Tricoire !
-    à compter de la parution du CD, et ce jusqu'en 2008, la formation scénique privilégiée est constituée d'A. Retailleau, E. Daunizeau et J.P. Vignaud (avec un intermède assuré à la guitare classique par le brillant concertiste Sébastien Cabrier de fin 1999 à 2001)
-    26 avril 2008 : mes adieux à la scène à Lusignan ?
-    Non ! la perspective de la retraite professionnelle, conjuguée au retour des Etats-Unis de Thierry Renoux fin 2016 – Etienne et Jean-Pierre s’étant définitivement éloignés du Poitou -, me conduit à monter un nouveau tour de chant en formule piano-chant, présenté pour la première fois le 22 septembre – je ne m’en fous pas ! - 2018 dans une grange amie à Migné-Auxances. Nous nous produisons depuis au rythme d’un spectacle par mois, bénéficiant en particulier du développement de la mode des spectacles privés. Un beau tour de chant, mûri pendant deux ans – et probablement  bien plus ! - sans doute le mieux structuré de toute ma vie, dont je suis fier ! Et dans le but conjoint de réparer une forme d’injustice et de doubler le nombre de nos prestations, Thierry et moi préparons pour la rentrée 2019 un second tour de chant constitué de chansons de Guy Béart, joué en avant-première à Charroux le 23 novembre 2019.

-    décembre 2019 : publication de "Chansons d'une vie", recueil de 141 textes de chansons, chez TheBookEdition.


 

©2019 by patrickjean. Proudly created with Wix.com